Littérature et poésie

« Écrire »
« Entre-deux »
« Les Singuliers »
« La Chambre d’écriture »
« Locus Solus »
« Ligne de mire »
« Correspondances » - épuisé
« L'Estran »
« Interférences »
« Écho Poche/Argol »
« Hors collection »

Gastronomie, esthétique du goût

« Vivres »   Paradoxes
  Gestes

 

« Coédition Musée Rodin »



Rechercher :


David Besschops
Besschops

Aux ditions Argol

Trou commun

David Besschops est né le 20 août 1976 à Rocourt, Belgique. Il a
publié quelques textes en Belgique.



  • Biographie
  • Chez d'autres editeurs
  • Critiques
  • Liens
  • Autour des auteurs
  • Audio-vidéo

Le Clavier Cannibale  Claro

mercredi 2 mars 2011

David Besschops, grand maître ès basses œuvres

Trou commun, comme à mi-chemin entre fosse commune et tronc commun, pourrait être un traité de suffocation s'il ne recélait une si savante respiration. En quarante-neuf chapitres d'à peine trente lignes, David Besschops s'attache à faire revivre – crever? – une famille, le père, la mère et leurs sept enfants ("sept garçons dont trois filles de sexe mâle, je ne suis pas dupe"…). Tous prennent la parole, à tour de rôle, pour dire les liens, le quotidien, le corps surtout. Liturgique jusque dans le sordide, rythmique à la façon d'une aorte sectionnée puis ligaturée, Trou commun évolue dans une univers qu'on pourrait qualifier de parallèle à celui de Pierre Guyotat, mais le traitement est bien sûr différent. La langue selon Besschops est une farce syntaxique, à l'image des liens humains, plus rongés que distendus. Sa phrase cahote sans jamais pourtant tituber, et l'on sent une sorte de grâce résiliente sous les énoncés les plus râpeux. Trou commun se lit crispé, dans l'urgence immobile de la lecture, au cœur d'une fascination dont on ne sait trop si elle écrase ou libère. S'enfonçant dans la page comme un clou, chaque phrase réitère la force d'un projet qu'on ne peut qualifier autrement que poétique, instaurant un théâtre de la cruauté, où tous les "je" sont pitres, fanfarons, blessés. Rompant sa phrase sans prévenir afin qu'on ne s'abuse pas sur son apparent coulé, Besschops substitue l'intense liberté de sa parole à la déréliction programmée de ses proies. Ecoutons-le plutôt:

"Je suis accusé de l'éducation de sept enfants. Une faiblesse humaine. Mon seul objectif étant de les empêcher de tremper à l'endroit midinette de leur mère. Femme que je comble. Pas question de lui permettre gaieté primesautière sans réagir. Je la sors occasionnellement de sa dépression pour la placer sous grossesse. Neuf mois acquis de conscience à l'actif de ma libido. Pendant lesquels, j'exhume les grands animaux de la raison."


Maître ès basses œuvres, David Besschops, auteur belge né à Rocourt, se présente ainsi lui-même: « Fils d’un moindre mal aux ongles ras et d’un chagrin muet, il fut condamné aux parents forcés en 1976 pour s’être coupé la poire en deux sur la largeur… Ensuite, pas que la mère à boire, et le père, de gifles ! Fallait que néant se fasse. Aujourd’hui, filé en permanence par un satellite-espion à la solde de la phonétique, il partage son Mexique entre le Noir et le Temps. Peu loquace échéant… » Peu loquace, mais écrivain haut la main, rare – indispensable.
___________
David Besschops, Trou commun, éditions Argol, 112 pages, 19 € (ouvrage paru en novembre 2010)

http://towardgrace.blogspot.com/2011/03/david-besschops-grand-maitre-es-basses.html
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

26.05.2012

TROU COMMUN : L'UNIVERS AU NOIR DE DAVID BESSCHOPS

369422_1424082850_695073978_q.jpgpar Philippe LEUCKX

Noir, c'est noir. Une couverture, chez Argol, qui fait scintiller les lettres blanches du patronyme et du prénom, car pour le reste, le noir domine. Titre en rouge! Et effigie de l'auteur, comme une trace à la véronique sur un drap!(1)

De l'auteur belge, Liégeois né en 1976, quelques plaquettes à l'écriture nerveuse et originale nous avaient alerté : il y a là une voix étrange, tissée de pur langage littéraire, où les figures de style s'engendrent, constituent la seule trame du texte. Il n'y a que les mots, pourrait-on dire. Les thèmes, les tons viennent par dessus, dans un beau désordre, mais selon une logique implacable. Ainsi, avait-on pu goûter les charmes vénéneux de "Azabache"(Ed. boumboumtralala), de "Russie Passagère" (Tétras Lyre) ou encore de "Lieux Langue Folle" (Maelström, bookleg), ce dernier, par apologue, disant assez bien ce que le texte peut bien vouloir signifier pour l'auteur. La folie par dessus, et comment!

Le voilà donc à la croisée des destins, puisqu'il s'agit ici d'un premier roman - après des poèmes -, étrange tissage de poésie et de noirceur, de langue crue et d'obscénités tous terrains.

Difficile de résumer ce livre, innervé en tout petits chapitres d'une page et quelque. Pourquoi? Parce que de nombreuses voix s'entrecroisent : celles des père et mère, celle des enfants, sept en tout, mais qu'il faut fouiller pour bien les identifier, car, pas de codes facilement identifiables. Besschops recrée le romanesque, le genre narratif, en lui instillant les atouts qu'il délègue au poétique. Pas de phrase naturellement claire! On est dans le trou! On voit à peine se placer le personnage qu'il laisse place à d'autres figures.

C'est un monde d'en-bas. Un trou. Une langue qui a dépecé les matières.

Quelles matières?

Une interprétation filiale, familiale, sur fond d'enfance trouée, peut donner quelques balises. Le narrateur - aussi mobile qu'une chèvre au piquet - a six ans, a des frères, a un père. Un zizi, des bandes dessinées. Il dit d'emblée : "J'aime le langage qui fait ventre". Voilà de la littérature-calembour de bout en bout. Enfin, je me fais comprendre.

Barthes eût dit, face à ce texte-magma : "par où commencer?", comme il se posait la question pour deviner les intentions scripturales du Proust de 1909! Ici, la matière d'enfance suinte de tous côtés.

Oui, il y a des enfants, très vite "au trou des choses"...Oui, il y a une mère et ses grossesses Oui, le père et un frère "à l'enfance brindezingue". Des hôpitaux. Des incestes.

Difficile d'y voir clair! Pourquoi, parce qu'on est en pleine langue, dans le réseau des mots, des images, dans la suie de leurs traces. Une langue très méta! Les phrases renvoient aux phrases. Les réalités naissent des figures. Et l'on n'en sort (puisqu'il faut bien sortir!) qu'avec, en l'oreille, la surprise stylistique de haut vol. Ecoutez cette langue folle de Besschops : "J'installe ma crise dans nos meubles", "Je retire les draps du lit souvent bateau"," Par le carreau je quête inlassablement un sursaut d'humanité"...

En fait d'humanité et d'humaine compréhension, on est forcément "dans le trou" : démence d'un frère, copulations multiples, comparaisons de verrats, boissons pour mâles, et j'en passe.

Le style! Voyez-vous ça! Des phrases qui se donnent un mot, deux. Qui forniquent des ellipses à n'en plus voir le bout! Qui se mangent la queue! Les narrateurs s'en donnent à foutre-joie dans cet univers déjanté, glauque, interlope, un espace d'égout, puisque le mot tombe vers la fin...

Sortir des égouts, après quoi? Après avoir appris qu'on est père, époux d'une "lionne, le père, le belge, qu'on a "serré férocement l'émoi dans l'oeuf", on peut écouter "un cochon dans (la) salle de bains". C'est un...métaphorique. Oui, si j'ai bien lu.

Mais, il faut le dire, ces sauts de narrateur et ces sautes de style n'alignent pas forcément clarté et repères!

Les dernières pages déclinent des évidences qui nous ramèneraient bien aux premières - pour les relire de conserve - : "les mots s'arrêtent à moi" ou "J'écoute les remords suinter à ma place"...

Besschops, passé au roman comme on passe par des officines ou des chambres d'hôpital véreux, avec purges, médicaments, onguents, bouillies, pansements qui suintent, a conservé une langue folle. Voici donc le premier métaroman belge à décrypter - cet articulet vous en aura dévoilé les recoins, quant à en savoir plus, lisez et relisez ce Besschops de bazar! Ce gars-là, élevé au petit lait d'Eugène Savitzkaya - première manière, l'izoardienne, a bouffé du Choukri, débecqueté du Fassbinder, s'est trempé dans "Porcile" de PPP...Et le voilà! Un monstre! Mais ne le laissez pas traîner n'importe où! Certain(e)s ne pourraient pas...comprendre! Je parle de son livre!

Au fond "Carmen" (Le Coudrier), son premier livre, en 2006, était sage! Mais, grands dieux de la prose, où va-t-il nous mener?

Avec COTON - dans un autre registre, oh que oui!, BESSCHOPS est une grande voix de demain! Pour sûr! J'en donne mes langues aux chats que je n'ai point!

Quant à la découpe de son écriture, je ne vois qu'un exemple en littérature belge : la spécialiste du "coupé court", de l'ellipse, du langage parlé redoré du blason "Jules Renard", notre BEATRIX BECK de "La Décharge", de "Stella Corfou"...

de "La lilliputienne"...Mr Besschops, une question : avez-vous lu Madame Beck? Rien que le patronyme devrait vous aller comme un ....on...guent!

En tout cas, il a lu COUNARD (cf. "Le laitier...")

















Réalisé avec Sitedit